Anja Linder

13 Jean-Marc Foltz Anja LinderAnja Linder commence la harpe au conservatoire de Strasbourg auprès de Pierre-Michel Vigneau. Elle y obtiendra un 1er prix de harpe et de musique de chambre. Parallèlement à ses études littéraires (elle est titulaire d’une licence de lettres), sa rencontre avec Marielle Nordmann et Marie-Claire Jamet va se révéler déterminante dans ses choix de carrière et de musicienne.

Elle obtient le 1er prix au concours international de musique de chambre à Arles en 1999 aux côtés de la soprano Nathalie Gaudefroy, et leur duo sera choisi par les jeunesses musicales de France et de Belgique.

En 2001, un important écueil personnel l’oblige à mettre entre parenthèses sa pratique musicale. Cet évènement inspirera aux ingénieurs Jean-Marie Panterne et Marc Lamoureux une harpe électro-pneumatique : « l’Anjamatique ». Ce nouvel instrument, qui ouvre d’incroyables possibilités musicales, est par ailleurs enseigné par Anja depuis septembre 2013 au conservatoire de Strasbourg, au pôle supérieur.

La prestigieuse fondation d’entreprise de la banque populaire en a fait l’une de ses lauréates, et son coup de cœur 2010. Artiste éclectique, désireuse d’explorer de multiples voyages musicaux, Anja Linder a pu exprimer son talent auprès de nombreux musiciens (Marielle Nordmann, Claire Désert, François Dumont, Amaury Coetaux, le clarinettiste Jean-Marc Foltz et la soprano Marion Tassou), et ce sur de scènes variées puisqu’elle a été invitée à se produire au festival de Gargilesse, aux Journées de la harpe à Arles, à harpe Diem, aux musicales de Bagatelle, à l’Arsenal de Metz, à harpe en Avesnois, à l’espace Pierre Cardin ou encore au théâtre du Châtelet.

Soliste pour l’interprétation d’œuvres de Brahms, Britten ou Ravel, elle a aussi collaboré avec divers orchestres et ensembles vocaux, dont l’orchestre d’Avignon dans le concerto pour flûte et harpe de Mozart, dans lequel son « exquise sensibilité » a été louée.

Amoureuse tant des notes que des mots, curieuse de faire se rencontrer des univers variés, elle s’attache à concevoir des projets mêlant différents arts, comme « plaisirs d’amour ? » qu’elle a joué avec Nathalie Gaudefroy dans une mise en scène de Marielle Nordmann, ou plus récemment « Un bonheur parfait » , un spectacle sur la quête du bonheur mêlant différents auteurs, avec la soprano Marion Tassou et la comédienne Nathalie Bach.

Yann Arthus-Bertrand, touché par la sensibilité de la harpiste, lui confiera l’interprétation d’une des musiques d’Armand Amar pour son film « Human ».

Aux cotés de la comédienne Frédérique BEL et du clarinettiste Jean-Marc Foltz, Anja Linder a enregistré un album en hommage à « L’insoutenable légèreté de l’être » de Milan Kundera. Ce projet, parrainé par Patrick Poivre d’Arvor, est distribué par Harmonia Mundi sous le label Klarthe Records.

Par son destin d’exception , Anja fait désormais partie des harpistes les plus charismatique et populaire de sa génération.

Site Internet : http://www.anjalinder.com