Biographie Etsuko Chida

Etsuko Chida a étudié la musique traditionnelle japonaise dès l’âge de cinq ans auprès de trois des meilleures spécialistes de l’école Yamada. 

Cette école de koto, fondée au XVIIIe siècle, est basée principalement sur le chant, prenant son inspiration dans des formes anciennes dérivées 

du théâtre nô, ou de genres narratifs locaux, comme le katô-bushi ou l’îchu-bushi.

Elle y a développé un sens profond de la tradition, dans l’esprit de l’un des concepts fondamentaux des arts japonais, celui du wabi-sabi. 

Le wabi est lié à la cérémonie du thé, cultivant la simplicité et la rusticité (au moins apparentes) et sensé apporter naturellement l’expression idéale de la beauté. 

Le sabi met l’accent sur la beauté des choses naturelles et l’économie de moyens, lié au sentiment d’une solitude à la fois mélancolique et sereine.

Le koto

Le koto est une cithare montée de treize cordes, apparue au Japon dès le VIIIe siècle. 

Une grande partie du charme de la musique d’Etsuko Chida provient de la subtile correspondance qui s’établit entre le jeu du koto et les inflexions raffinées de la voix.

Le répertoire

Etsuko Chida interprète un répertoire dont les textes datent du XIIe siècle pour les plus anciens a l’instar du «Genji Monogatari», écrit par la dame d’honneur Murasaki Shikibu.

D’autres chants célèbrent une vision mélancolique de la nature, comme « Le chant des pluviers » composé par Yoshizawa Kengyô au XIXe siècle.

CD : Album « Chants courtois » Buda records

Etsuko Chida : koto, chants courtois du Japon

Japanese Traditional Music : Etsuko Chida – Usu No Koe